PlaisirDcrire
Les passionnés d'écriture

A noter dans vos agendas, la prochaine réunion du PlaisirDcrire aura lieu le jeudi 15 Juin 2017 à 19h à la salle des assos à Mareuil sur Cher !

A vos stylos ! 
Véro pour vous servir !

123456789101112131415PAGES SUIVANTESFIN

14
AVRIL 2018

Forme de l’eau
par Ondine


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Forme de l’eau.


L’eau,miroir du ciel et de la terre est cette réalité fluide qui nous imbibe et nous rassemble.


Sans sa réalité physique nous nous évaporerions ou nous nous noierions.
Cette notion même de noyau nous ramène à notre conception, ce moment unique et mystérieux, lumières du possible dans un monde gluant.


Construisez un paysage,fendez le par son horizon et retournez-le.


Créez une forme de vie, donnez de la forme à l’eau.
Enlacez la, dansez ensemble.


Laissez ce moment s’étirer jusqu’à ce que votre corps soit beau, de cette beauté naturelle qui crée un mouvement parfait.


Vous fendez l’eau, le ciel et la terre s’ouvrent pour vous.


Formez l’unité. Que tous les membres de votre famille-corps se réunissent sous un même blason.


Que votre cerveau intègre cette unité pour que vous puissiez tout comprendre,tout expliquer.


Le monde est muet. Sa mémoire est vide.


Mourir ?
Guérir ?


Vous avez soif ?
Avez vous oublié quelque chose ou quelqu’un?


Au cours de l’eau laissez vous promener.
Si l’herbe tapisse les murs de votre maison, courrez sur le toit.
De multiples pâquerettes sont autant de regards qui vous interrogent.
Prenez les comme témoins de votre aventure, enseignez votre vérité.


L’eau miroir-miracle est votre inspiration.


ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

22
MARS 2018

baby blues
par Ondine


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Baby blues
 
      Nue sur la plage je ne suis plus que quelques brindilles. J’ai décidé de me débarrasser des algues. Ébouriffée j’espère au vent d’hiver.
 
      Mes cheveux pourpres sont des tentacules. Les liens qu’ils façonnent sont étrangers. Les images sont des couleurs invitées à d’autres mélanges.
 
      Je pose.L’idée de ressembler à quelque chose de vivant n’est plus. Le mouvement même insaisissable m’attire. Les statues plates calibrent l’ombre qui les retient.
 
      Me voici prête à suivre l’ondée. Je me préparais à me fondre à la boue d’une simple mare, me voila au bord d’un océan.
 
      Je vais devoir apprendre du bruit des papillons jusqu’au son des enfants. Comme l’oiseau laisser l’air m’emporter pour enfin voler dans les eaux profondes....
 
      J’inspire la mesure à quatre temps d’une vieille mélodie. Le siècle s’écoule, la terre déboule.
« Le navire laboure la mer. »
 
      Quels humains me découvriront ? Quel secret inventeront-ils ? Déjà l’Histoire commence.
 
      J’échoue sur une plage en larmes. La tristesse est une beauté qui sonne la vie.
Ondine claire murmure.
 
      Il regarde et ne sait pas me reconnaître. Ce bébé humain est -il le mien?
 
      Délicieuse à mémoire d’une vague parle ce soir aux accouchées.
 
      Parce que donner la vie est survivre à mes peurs, Ondine est l’estomac de ma honte.
 
      Puisse le navire enfin commencer le voyage et la mère connaître son rivage.
 
Celle-ci a souri. L’enfant est vivant.
 

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

21
FÉVRIER 2018

Il ne faut pas
par Jeannine Fliesen


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1158157 par lizevans sur sxc.hu



Il ne faut pas jeter la pierre,
A celui qui succombe à terre,
Mais l’aider à se relever,
L’encourager à continuer,
Lui tendre une main secourable,
Lui faire comprendre qu’il est capable,
Malgré les peines qui le minent,
De faire face à ceux qui dominent ;
Monter l’échelle de la vie,
Degré par degré, sans soucis.
L’accompagner sur le chemin,
Qui va vers d’autres lendemains.
Entourer d’un bras ses épaules,
Lui prouver que le mal s’envole,
Que tu vois le bout du tunnel,
Que tout peut devenir réel,
Que c’est à lui de décider,
De prendre en main sa destinée.
Qu’il ne sert à rien de pleurer,
De revenir sur le passé,
Qu’il vous faut bien vite oublier,
Sur l’avenir se focaliser.
Vous verrez comme la vie est belle,
Quand un sourire vous ensorcelle,
Que le travail est une joie,
Quand on le vit comme un exploit.
Quand les amis qui vous entourent,
Sont prêts à vous porter secours,
Lorsque les charges sont trop lourdes,
Que la vie vous prend à rebours.
Ne fermez pas votre maison,
La vie n’est pas que déraison.
Plus souvent que vous le croyez,
Un mot de vous peut balayer,
Les ennuis des coeurs esseulés,
Qui comme vous sont exilés,
Dans ce monde aux moeurs en folie,
Où trop souvent sonne l’hallali,
Pour un homme que l’on ne voit pas,
Et s’en va seul vers son trépas.
Pensez à tous ceux qui vous aiment,
Qui n’utilisent aucun phonème,
Pour vous dire que dans la tourmente,
L’amitié est toujours présente.
Laissez votre coeur s’apaiser,
Laissez la peur s’évaporer,
Et prenez la main qui se tend,
Ne la laissez pas en suspens.
 


ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

04
FÉVRIER 2018

Cinq.
par Tutti Frutti


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Cinq.


Comptez à l’infini.
Comptez avec vos doigts.
Posez-les sur une feuille de papier.
Comptez à nouveau.
Comptez votre fortune.
Comptez les pièces de votre maison.
Comptez las.
Comptez court.
Ne comptez plus.
Composez le cinq.
Dictez-vous les saisons.
Reposez-vous.
Respirez.




Cinq vies,cinq sens, cinq paroles vont devenir qu’une.
C’est là que je me suis insoumise.
Les cinq veulent être cinq et ne pas se perdre.


Le club des cinq comme souvenir d’enfant,cinq aventures devantures sont mes couvertures.


J’incommunique en deparolant. J’aborde la psychologie universelle en la déshabillant. L’époque est à l’agricole nu,je réduis mes cinq sens au silence.


J’entends tes cinq souffles. Je les calque.
Avide de néant, les vagues m’avalent. Cinq ondines deviennent mes avatars.


Je leur donne le pouvoir des vrais bouffons , des clowns aux c?urs lourds, aux âmes bruyantes.


Cinq forêts, cinq rois, cinq chevaux
Qui ne battent
Qui ne courent
Cinq tours
Cinq doigts.
Des doigts forêts, des doigts rois, des doigts chevaux...


Me voilà découverte, oubliez moi.


Composez votre chiffre, suivez votre doute, déparolez -Vous-même.
Entrez en psychologie comme dans un château.


Cela vient d’Amerique, des vrais fous d’Amazonie.
C’est notre époque et notre bible.
Cinq délicieuses, sainte médecine, accueillez-moi!


Je coure dans les cinq sens.
Mes doigts cherchent la cathédrale de Rodin.


Je communique, je protège.
Enfin!
Une vérité !




Médecine en « déparolade », février 2018.


Si Dieu ne parle pas, il nous reste le serment.
Cinq doigts posés sur le Livre, témoin de vérité.
La parole s’efface dans le geste de foi.

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

04
FÉVRIER 2018

Note ton doc. Com
par Tutti Frutti


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Notetondoc.com


Entre 1 à 10 notez votre médecin.
Je vais noter le mien:
Humeur ombrageuse, elle n’aime pas les enfants. Irrespectueuse, elle injure les retardataires sans s’excuser quand c’est elle qui est retard.
Je tape mon mot de passe et j’envoie.
À bon lecteur salut, celle là ne l’a pas volé et l’a dans le c...
Le web concierge est un bon allié. Il donne de la puissance aux petites gens, ceux qui ont la colère de leur souffrance.
Le net toubib a trop bu. La piquette l’a irrité au gosier. Tant pis c’est dit, c’est pour la démocratie,la liberté d’expression.
La poésie, c’est pour les faibles les gémissants, les pleureuses.
Google single. La meilleure baffe est celle qu’on donne pas celle qu’on reçoit.
La morale est dans le bref, l’instantané.
La blessure est ailleurs, l’exclusion, la perte d’une famille, la trahison des amis.
Notetespotes.com.
Mon médecin c’est moi et je l’aime clown. Maladroit, souvent injuste, il sait réussir ses faiblesses. 
Il me tape sur mon épaule meurtrie et me dit qu’il m’aime.
C’est ça façon à lui de me réveiller.
Le web est virtualité quand nous sommes virtuoses.


Délicieuse susceptible janvier 2018

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

05
JANVIER 2018

BONNE ANNÉE 2018
par Tutti Frutti


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Guide idyllique de la prospérité, 
la fécondité de l’innovation est éternelle commémoration.

Que les ans neufs se succèdent, 
Que nous réparions cette erreur d’avoir toujours peur de l’Avenir

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

17
DÉCEMBRE 2017

Pluie dans le téléphone.
par Tutti Frutti


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF




La pluie dans le téléphone.


Essayer c’est adopter.
Mon téléphone pleut.
Une fontaine ventriloque me parle.
L’organiste joue de ces notes d’eau comme avec des paillettes.
Bonjour ma grande merci de me téléphoner pour demain matin et merci de nous avoir répondu....
Mon téléphone m’écrit !
Je n’ai plus à chercher mes mots, il les trouve pour moi. A l’instant il me trouve un nom, je m’appelle Moi.
Mes « Moi » pleuvent dans mon téléphone....
C’est très joli.
Ça sent les grenouilles.
Je vous en envoie une ou deux.
C’est un jeu interdit?
Ne pensez pas que je vous traite de grenouille 
Mais comme certaines s’identifient aux escargots,
Je pense que nous devrions installer un point d’eau pour notre site.
Attention je vois bientôt lâcher les virgules elles énervent mon clavier qui saute de page.
Une scie musicale accompagne des oiseaux vertuels. Qu’est-ce que la vertu à avoir avec tout ça ?
Mon téléphone pleut des gouttes sèches lyophilisées.
Je fais des erreurs de virtualité.
C’est une flûte maintenant.
L’eau est musicienne.
Moi coule un bon moment....
Arrêtez de sauter partout!
C’est plus facile avec des escargots.
Les gouttes ralentissent.
Nous avons évité l’orage idolâtre.
Le pivert parle au coucou.
La prairie verte bourdonne.
Étincelant !




Rain in the night.

LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De nicole le 17/12/2017
Alors, si les escargots téléphonaient, ce serait évidemment un jour de pluie. Le reste du temps, ils dorment. Mais dès qu'il tombe des gouttes, ils sortent leurs antennes, et chantent avec délice le blues des escargots.
«Toute la pluie tombe sur moi,»

123456789101112131415PAGES SUIVANTESFIN
Publiez votre commentaire

  non publiée