PlaisirDcrire
Les passionnés d'écriture

A vos agendas, le Plaisidcrire organise sa sortie au restaurant  Les Closeaux à Vallières les Grandes le vendredi 02 Décembre 2016 à  19 h.  
Notre prochaine réunion est le jeudi 17 Novembre 2016 à 19h salle des assos à Mareuil sur Cher ! 
Véro pour vous servir
123456789101112131415PAGES SUIVANTESFIN

26
NOVEMBRE 2016

Encore un automne
par Nicole


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#795357 par Onylin sur sxc.hu


Je regarde les feuilles.
Balayées par le vent, 
Leur couleur s’est diluée sous la pluie.
Terminé, l’été.
Pas vu le temps passer.
Pas vu l’automne non plus.
Pas compris que tout est fugace.
Trop tard pour admirer les couleurs des bouleaux.
Trop tard pour profiter des lueurs orangées des chênes.
Trop tard pour m’extasier devant les vignes qui rougeoient.
Regrets. 
Regrets, morosité, inquiétude.
Envie de soleil, de bleu, de chaleur.
Envie de musique, de rires, de partages.
Envie d’oublier le gris et l’ennui.
Envie d’aimer, envie de danser,
Envie de faire marche arrière.
Envie de refaire la route à l’envers.
Même si,
Même si c’est illusoire,
Illusoire et impossible.
Tenter de vivre encore.
Oublier ce qui n’est plus.
Attendre ce qui va venir.
Accueillir les petits bonheurs.
Les cultiver.
Les faire grandir.
Exister. 



ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

26
NOVEMBRE 2016

Le vent qui souffle...
par Nicole


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1077190 par Mmagallan sur sxc.hu


Le vent souffle, s’essouffle, 
Vent d’automne, monotone,
Il tambourine sur le toit, 
Sur le toit de tuiles rouges,
Tambourine sur les volets,
Les volets qui sont fermés.
Le vent enfle, et frappe, et cogne.
Il secoue en vain la porte.
Il traîne sur son aile la pluie et le gris.
Il efface d’un seul coup les couleurs, les parfums,
Il balaye sans répit les feuilles tourbillonnantes, 
Dénudant sans pitié mes arbres ensoleillés.
Il sonne l’hallali qui annonce l’hiver.

J’aime les vents chantants, les vents doux, 
Les vents chauds à l’odeur de vanille.

Je voudrais des zéphyrs, des alizés, 
des brises légères à l’odeur sucrée, 
Le vent marin qui conte des histoires, 
Et des rêves dans la chaleur du soir.

J’aimerais être l’oiseau qui joue, 
Dans le ciel bleu  d’un éternel été.






ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

20
NOVEMBRE 2016

Rupture
par Tutti Frutti


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Rupture.

Je veux construire un avenir qui n’a pas de passé. Je veux lâcher mes vieilles querelles. Je veux chez le marchand acheter neuf.

Je jette l’unique. Je conquière les enchères. Je suis le "je" primaire qui me définit une dividende. Ma valeur est sans cote, mes godillons n’ont pas de plumes.
C’est sur ce marché que je me choisis. Le choix est unique puisque je suis seule.

Puis, tu viens. Je tente. Ton toi primaire est une colère. Ton choix se roule à terre, forme un tas comme les taupes. C’est bien pour mes plantations. Tiens, prends mon avenir, il est de ta fleur de poil.

Le joli remplit les "oui". Nos tours de têtes sont des infinis, des ?ufs collés au centre. 
Le tremblement arrive, il sera terrible. Seul celui qui garde le chapeau aura la tête garnie. 

Le premier repos scelle notre union. Voilà le "je" du pluriel de "toi" . C’est notre anniversaire, l’unique puisque premier.  Nos souffles sont nos baisers. Nos primaires s’accouplent. 

Nous courrons, sans laisse, comme des machines. Parfois nous nous arrêtons, craignons l’essoufflement, repartons exsangues. Oh, rythme, ce nouveau c?ur insomniaque est t-il l’unique?

Appuyée,je porte. Élevée, je supporte. En mouvement je transcris. Je veux un hamac contre mon vélo. Tu est ma pluie, le toit de ma chanson, mon tapis de danse.

La rupture est un style cruel, le seul disponible. Mes souvenirs sont rasés, concassés. Soudain, le monde est à mes pieds, il roule, c’est un escargot.

Sa bave est mon chemin, il me conduit sur une salade. Nous la croquons. Il n’y a pas d’antidote, seulement de la renoncule.

Le sirop d’érable étale le temps. La rupture est la devise de la longévité. Fera t-il froid cet hiver? Coude â coude, doigts empoignés nous fâchons nos primaires de temps d’insolence. L’Amour est une balançoire. Nous sommes assis sur la planchette et nous préparons la chute: une belle omelette!

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

18
NOVEMBRE 2016

La mémoire du poisson rouge
par Nicole


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1415307 par cmpt sur sxc.hu

La mémoire du poisson rouge.

Le poisson rouge tourne dans son bocal. 
À quoi pense-t’il?
Pense-t’il vraiment?
Ou attend-il tranquillement l’heure de son repas?
Attend-il seulement?
Sait-il, le poisson rouge, que le temps passe, 
Que le temps n’est pas immobile, 
Que l’eau a coulé sous les ponts, 
Sous les ponts des rivières, 
Des rivières où nagent depuis toujours ses ancêtres poissons.
Il tourne en rond, le poisson rouge, 
Dans son bocal, il fait des bulles, 
Des bulles qui éclatent en silence à la surface.
Sait-il compter le nombre de bulles, le nombre de tours?
Ce poisson rouge tourne, paisible, ignorant les heures, 
Il tourne, toujours dans le même sens,
Sens unique, pour vie unique, 
Sens interdit, pour poisson prisonnier.
A-t’il envie de s’évader? 
A-t’il envie de sauter hors de l’eau?
Dans la mémoire du poisson rouge,
Il y a peut-être des sirènes qui nagent.






ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

16
NOVEMBRE 2016

JULIETTE
par Didier


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1415307 par cmpt sur sxc.hu

Je rêve d’être un avion
Funambule des nuages
Qui t’emmèneen voyage
Au bout de l’horizon
Sur ses ailes de papillon.


Je veux être un train
Qui te porte en cadence
Sur la voiede l’existence
Être un Orient Express
Pour qui rien ne presse


Je suis un pâle souvenir
Image du passé froissée
Sans unsouffle d’avenir
Locomotive à vapeur rouillée
Abandonnée aufond d’un pré

Je suis une simple roulotte

Qui, lentement, cahote
Fragilecomme une cruche
Dans les ornières, les embûches
Des cheminsde traverses.


Quand tu aspires aux limousines
Moelleuses et confortables,
Auxpistes de ski alpines,
J’ouvre les portes de grange
Pour quepersonne nous dérange


Je resterai toujours l’idiot
En jeans crottés, en sabots
Quijongle avec les mots
Pour te tresser des couronnes
D’étoilescomme à Vérone

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

06
NOVEMBRE 2016

La légèreté n'est plus ce qu'elle était.
par Nicole


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1293041 par Ale Paiva sur sxc.hu



Danser sur un pied.
Tournoyer sans tomber, 
Tourner sans vaciller, 
Je l’ai fait souvent, il y a des années.

Marcher à cloche-pied 
Sur le bord de l’allée, 
Je l’ai fait aussi, toujours sans tomber.

Danser sur mes deux pieds, 
Essayer de valser, 
J’ai tenté hier, et je me suis coincée.

Monter un escalier, 
En posant bien mes pieds, 
Je l’ai fait, hier, et je me suis couchée.

Ainsi vont les années, 
Un jour on réalise que les temps ont changé.
L’envie est toujours là, 
L’espoir encore persiste, 
L’idée folle que les autres sont vieux, 
Et que vous, vous êtes moins vieille qu’eux,
Que leur peau est ridée et leurs cheveux blanchis, 
Mais que la vie ne vous a pas encore fané.

Hélas, tout n’est qu’illusion, et désillusion..
Vous voudriez valser, 
Vous aimeriez courir, 
Mais le temps est venu de la marche assistée.
Hier encore....
Et Maintenant....
Que vais-je faire? 
Oublier les douleurs, et danser dans ma tête, 
Danser avec le loup le renard et la belette, 
Essayer d’taper du pied, 
Faire comme le loup, le renard danser. 









LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De tutti frutti le 07/11/2016
Fine comme le roseau, légère comme l'oiseau, diable quelle était belle cette petite femme là! Il suffit de l'installer sur un tapis volant... que l'air voile le temps qui passe et elle est là devant nous jusqu'à nous faire tourner la tête.

01
NOVEMBRE 2016

UN OISEAU EST PASSE
par Liliane


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1099703 par Kovik sur sxc.hu


un oiseau est passé

UN OISEAU EST PASSE


un oiseau est passé,  
Là, au-dessus de l’allée!
De son aile,
Une plume est tombée,
Toute belle et luisante, 
Sans avoir vu l’oiseau,
Tu l’as ramassée,
Rentrée à la maison,
Sur la table, l’as déposée,
Puis, dans la soirée, examinée,
Dis moi, demandes tu,
quel est l’ oiseau, 
Qui de son aile a perdu cette plume,
Et pour quelle raison !
Mais pour que poussent les nouvelles,
Elle était encore belle !
Quelle signification,
Dans la nature,
Peuvent avoir ces mots :
Encore belle, encore beau,
Corbeau !
Que dis-tu ! Cela n’est pas,
N’est Pas une plume de corbeau,
Elle est de trois couleurs,
Et puis... Et puis arrête, arrête,
Arrête de discourir pour ne rien dire !
Regarde la beauté de cette plume,
Retourne là dans tous les sens,
Pense là sous tous ses aspects,
Trouve lui des symboles,
De ceux que tu ne connais pas !
Car c’est peut-être simplement pour cela,
Que dans ton jardin elle est tombée.

LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De Colombe le 08/11/2016
Chère Liliane, moi aussi j'aime les plumes (peut-être à cause de mon prénom?). J'en trouve de toutes les tailles dans notre petit jardin, où il y a des tas d'oiseaux différents. Et je les ramasse lorsqu'elles ne sont pas abimées. J'aime les plumes, ce sont de beaux objets, à la fois si simples et si ingénieux...

De Tutti frutti le 07/11/2016
Par la plume, trouvez l'oiseau. Par l'oiseau, trouvez le nid. Par le nid, trouvez l'arbre. Par l'arbre, trouvez la forêt. Par la forêt, trouvez le pays.
Par le pays, trouvez le monde. Par le monde, trouvez l'univers. Dans l'univers trouvez ce jardin. Dans ce jardin trouvez le visage de cette femme, qui regarde une plume. C'est la première fois, pour la plume comme pour vous...

De vero le 05/11/2016
J'adore ! prends -là en photo !

123456789101112131415PAGES SUIVANTESFIN
Publiez votre commentaire

  non publiée