PlaisirDcrire
Les passionnés d'écriture

Que cet hiver glacé vous encourage à écrire devant la cheminée ! A notre prochaine rencontre le jeudi 16 Février 2017 à 19h salle des assos à Mareuil sur Cher!
Pour vous servir: Véro
123456789101112131415PAGES SUIVANTESFIN

18
FÉVRIER 2017

La blouse fière
par Tutti Frutti


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


     Sans doute plus loin ou plus tard, un nuage descendu dans la boue, s’ébouriffera. C’est une prise pour la liberté, vous savez la statue au ras de la mer? Bien, la voici, regardez.

      Une fleur bleue sur une blouse grise.Si je la regarde, je ne vois plus qu’elle, .discrète, effacée par le nombre des lavages, râpée, presque trouée, non pas encore, nous ne sommes pas chez Zola.

     Parce qu’elle est fière, pas plus pauvre que vous, mais de plus en plus vieille. Elle a souvent maintenant plus de quatre-vingt dix ans. Vous  la connaissez, elle est dans votre mémoire.

     La mienne m’appartient, là je vous lâche. Elle tourne autour d’un lit. Une poupée pique une tête dans l’oreiller. La table est bancale, c’est une petite table de camping pliante. Du bord de la route des vacances à cette chambre, elle a gardé la meilleure place, sous la fenêtre.

    La femme sous la blouse me fait une place, elle ouvre sa chemise. Son c?ur ferme notre conversation. Son souffle geint. C’est son fils qui est mort, un cancer ....

     Cette fleur est-elle pour lui?

     La propreté de cette chambre brune ne sent pas le parfum synthétique. Elle referme sa blouse, tous les boutons. 

      Dehors, les volets rouges sont à plat sur le sol. Les embrases des fenêtres les recouvrent, à part.
                  " Des volets roulants électriques, c’est plus pratique." 

   Et là je vous rejoins, la blouse c’est simple, c’est pratique. Et la fleur, c’est joli. C’est ça, notre liberté.


                                        Délicieuse médecine à la recherche des vérités, février 2017.

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

18
FÉVRIER 2017

Blême.
par Tutti Frutti


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Mémoire d’un graal, la peur guide vers les KO. Si de petits émois ne sont que jérémiades, j’émets ici un fait divers dans une petite police.
Les cétoses blêmes des trouble- fêtes garnissent les tartines. Je garde la mienne tiède près de la bassine. Mais contre toute attente je la trouve bonne, toute de même assez salée.
Scanner les cancers m’est familier. Du Doppler à la congélation des cellules, les papiers s’alourdissent. Je me baisse pour en ramasser un par terre, je vise le ras de sol. 
Je rapetisse, un feu de paille fera feu de cette tumeur qui ne sera pas inscrite au DMP.Important n’est pas essentiel, pas vital si la mort est proche. Je mets en compétition l’arrêt cardiaque et le ganglion. La névrose se répand sur ce couple indécis.
Toulouse écrase Montauban d’une royauté démocratique. Mon crût n’est pas le sien.
L’égarement  fait partie du décor.
Le barillet à bandelettes? Je plonge dans l’inconscient de la gadgétisation de la pharmacopée. Je trébuche.
Personne ne comprendra ni mes larmes, ni ma haine.
La petite histoire est un oubli sur une ordonnance....
La grande Histoire est celle d’un burn out.
Les princes oublient le graal de notre métier.
Les médecins ne sont pas des prophètes.
Suivant les petites gens j’apprendrai ma haine.
Notre sourire se glace .
C’est pour moi une injustice.
C’est pour lui sans doute, un fait reproche divers.
Écrire pour ne pas oublier, à défaut de me comprendre.


Délicieuse sur le fil ... Médecine exilée. Février 2017. 

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

17
FÉVRIER 2017

Comment savoir?
par Nicole


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF



 Comment savoir?

Le livre est terminé.
Une page se tourne.
Une page encore couverte de larmes.

Qu’il est difficile de fermer ce livre.
C’était un beau livre, une belle histoire,
Avec l’amour en partage.
Ils se marièrent, et eurent des enfants.

Et un jour, malgré tout ce qui s’était écrit, 
Le mot fin s’est imposé.
Peut-on savoir au début d’une histoire,
Peut-on savoir que rien n’est jamais fini, 
Mais que le chemin s’arrêtera,brusquement,
Et qu’il faudra changer de route?

Comment savoir que rien n’est écrit, 
Qu’on avance dans le brouillard des hasards?
Comment accepter que le bonheur vous échappe,
Qu’il faut en faire son deuil, et continuer quand même?

Comment savoir que la vie a plusieurs habits, de toutes les couleurs, 
du noir au rouge lumineux?
Comment savoir qu’un jour où l’autre, la vie reprendra sa petite musique,
Alors que le gris recouvre de tristesse les jours et les nuits d’incertitude?
Comment savoir  qu’il faut garder l’espoir, l’envie, et le c?ur ouvert au bonheur?
Car rien n’est jamais fini, rien n’est figé, rien ne dit ce que  sera demain.
Mais il faut parfois quitter ce que l’on n’aime plus, pour vivre ce que l’on désire.













LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De Veronique Lechable le 19/02/2017
Le mot "fin" s'inscrit sur une dernière image qui laissera la place à une
autre ! Une autre histoire où le début commencera là, vers des demains de rires et de pleurs parfois, de tristesses quelques fois, de doutes mais d'espérance, de joies qui ressemblent à des petits bonheurs !

De Ondine le 19/02/2017
Des mots courageux pour faire taire la violence d'une rupture, une consolation fait place à l'espace des possibles, infini.

07
FÉVRIER 2017

Le vent
par Véro


Thésée 17.08.2013.pptÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Le vent
 
Bon vent, bon vent à toi,
Même s’il joue avec tes nerfs,
Le vent est excellent.
Il renouvelle les espaces
En se jouant des courants d’air.
Les enfants chantent
Vive le vent.
Ils ont bien raison
Car il est porteur
De nouvelles énergies.
Il s’engouffre partout
Dans les espaces cachés,
Des lieux interdits !
Pas de limite pour lui,
Il est le roi du passe-passe !
Lorsque la colère le prend,
Il peut tout casser !
Gare au vent,
Au vent qui sent
Ce que Dame Nature veut !
Il soulève de belles énergies.
Vive le vent,
Vive le soufflant,
Vive le vent !
Véro écriture intuitive 05.02.2017

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

22
JANVIER 2017

Envie de voyage
par Véro


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Envie de voyage
Dans les tons flamboyants
De ce ciel incendiaire,
Qui, a son point déclinant,
L’astre solaire
Donne la création
A l’artiste
Pour commencer son oeuvre.
La toile est prête
Les peintures glissent
Une à une !
De suite,
Les quelques bateaux
Flottent, frétillent sur les flots
A l’idée
De mettre les voiles
Vers des demains nouveaux
Remplis de cadeaux
Les oiseaux accompagnent
Les marins enivrés
De partir vers le large
Pour explorer
Des terres inconnues,
Des îles à rêver
Et des océans à méditer !
 
Véro 22.01.2017

LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De Ondine le 05/02/2017
Cette invitation au voyage est philosophique. La matière réduite à quelques pontes de couleur, le blanc perce le rouge.Ce voyage est t-il interieur?

De Ondine le 05/02/2017
Cette invitation au voyage est philosophique. La matière réduite à quelques pontes de couleur, le blanc perce le rouge.Ce voyage est t-il interieur?

22
JANVIER 2017

Le goût des merveilles
par Nicole


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF




Le goût des merveilles.

Les pétales roses des pêchers en fleur volent dans le ciel bleu. L’herbe ondule à perte de vue, les coquelicots y font une ronde écarlate, Les collines noyées dans le bleu des lavandes s’ étalent comme la  mer qui frémirait sous la caresse du vent.
Un homme marche, perdu dans l’immensité des champs, il va, tranquille.
Rien ne semble l’effrayer.
Il va, c’est tout.
Il connaît le chemin des étoiles.
Le bruit l’effraie, il voudrait que tout soit simple, dans le grand n’importe quoi du monde qui l’entoure.
Il va, écoutant le chant du vent, l’appel des grillons, le froissement des épis, il va à travers champs.
Il est étrange aux yeux des autres, on le montre du doigt. Il est différent. 
Lui, sait. 
Il a lu et retenu tant de choses qui l’enrichissent, sa mémoire est immense.
Il va, droit devant, vers la vie qu’il a choisi. 
Il va vers celle sans qui il n’existerait pas. 
Il a besoin qu’elle soit là, toujours. 
Avec elle, il respire à nouveau. 
Sans elle, il serait perdu.
" Je suis là. " lui dit-elle.
Ensemble, ils vont, traçant un sillon dans le bleu des lavandes.


LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De Veronique Lechable le 25/01/2017
Bucolique et romantique...j'aime !

22
JANVIER 2017

Ecrire
par Nicole


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Ecrire.

Ecrire.
Écrire, mettre des mots pour vider le trop-plein,
Écrire pour soulager son c?ur lourd de peine, 
Écrire pour reprendre goût à la vie, celle de tous les jours,
Écrire pour ne pas sombrer dans l’amertume,
Écrire pour remonter à la surface de temps en temps.
Écrire.
Écrire pour transmettre
Écrire pour partager
Écrire pour soi.
Écrire pour ne pas rester seul,
Écrire pour lutter contre les soucis
Écrire pour se vider la tête, 
Écrire pour dire ses sentiments, 
Écrire pour crier ses tourments, 
Écrire tout simplement, 
Sans réfléchir, sans préméditer,
Et laisser aller le vague à l’âme.


LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De Veronique Lechable le 25/01/2017
Ecrire est libérateur pour celui qui sait jouer avec les mots !

123456789101112131415PAGES SUIVANTESFIN
Publiez votre commentaire

  non publiée