PlaisirDcrire
Les passionnés d'écriture

Bonjour et bienvenue sur ce site. Nous attendions votre visite. Parcourez ces pages-écrans bien garnies pour y découvrir le mot, la phrase qui vous donnera le goût de l'écriture.
Mettez des commentaires qui créent du lien entre nous.

DÉBUTPAGES PRÉCÉDENTES112113114115116117118119

11
JUIN 2012

Acrostiche...
par Jeannine Fliesen


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1415307 par cmpt sur sxc.hu

P etite fille aux yeux si bleus,

A uréolée de tant d’espoirs,

U nie avec vous dans la joie,

L ors de ses premiers jours de vie,

I lluminant de son sourire,

N aturellement la vie à deux,

E tre si doux que vous aimez,


Nous lui souhaitons la bienvenue.

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

02
JUIN 2012

Coucous
par Colombe


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF



Rustique primevère annonçant le printemps,
Le Coucou d’or égaie les revers des fossés.
Approchez-vous : humez la senteur raffinée
Emanant de ses longues fleurs, ébouriffées
Mais délicatement parées de points orange.
Admirez son port fier sur sa tige dressée,
Fusant de sa rosace de feuilles serrées,
Comme un guerrier gaulois hissé sur son pavois !

---------------
« Coucou ! » crie l’écolier jouant à cache cache?
---------------

Du fond des bois, tel un piètre annonciateur,
Le Coucou gris lance ses appels monotones.
Ecoutez-le : bientôt il ira installer
Son unique oeuf dans un nid déjà occupé,
Discrètement, sans que l’oiseau ainsi dupé
Ne sache qu’il élève ainsi un imposteur.
Mais la loi de la jungle est la priorité
de la nature : est-ce bien, est-ce mal ? Qu’importe !

---------------
« Coucou ! » dit l’amoureux guettant sa bien aimée?
---------------

Partout, de tous côtés on entend des “ coucou “,
On en voit, on en cueille, on en fait des bouquets,
Sans parler du Coucou qui égrène les heures
Et rythme nos années en autant de printemps?



Ce texte nous vient de l’amie Colombe... Vous l’auriez deviné j’espère !
(emprunt à Georges BRASSENS)
Merci Colombe,

PlaisirDcrire

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

31
MAI 2012

Ondine
par Ondine


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1286448 par wvubush sur sxc.hu

Des siècles, de l’eau,
la lumière posée sur le flot :
Des Elfes ouvrent l’univers des ondes.
Ma main en bâton de pèlerin porte une brindille :
Ses cheveux peut-être.
Je lui jette, elle l’avale, c’est son épine dorsale.
Le flash isole son visage des rides du rivage.
Je la regarde muette dans son écrin glacé.
La cascade la dévoile nue. Elle lève les bras,
L’eau coule entre ses doigts, s’attache à ses ongles.
Elle brille, c’est mon joyau.
Pourtant elle m’échappe, libre d’exister puis de disparaître.
Son message s’écrit dans le mouvement de l’eau.
Dans le gras de la vague, elle s’efface.
Abandonnée par son image furtive,
Je gis seule sur le plancher de l’oubli.
Inerte, je coule à pic.
L’ondine est l’ange que je veux trouver,
Qui se cache dans l’image que je garde d’elle.
Serais-je assez folle pour vouloir la perdre,
Accepter de la lâcher dans l’élan de la vie ?
Elle peut changer de forme, de siècle
De rivière ou d’océan.
J’ouvre ma main, c’est son chemin
Que je trace.
Je l’équipe d’un GPS, d’une puce.
Elle devient luciole.
Le plafond scintille :
des traces de sang,
Des fourmis en rang,
visitent le couvercle de mon cercueil.
Je n’ai plus qu’un but : devenir ondine,
Laisser ma vie s’échapper pour rejoindre
L’éternité de l’eau.
Le message ultime de ma vie se liquéfie et s’évapore.
C’est dans un nuage que j’ai vu mon visage.
L’appel du futur me fait un beau sourire.
Mes mains ouvertes laissent passer le vent.

L’ondine




Merci à toi Pascale, L’originale... de tous nos groupes à l’origine

PlaisirDcrire

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

30
MAI 2012

Romance pour un Fébrile
par Fabien


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1293041 par Ale Paiva sur sxc.hu

Aux vautours les hallalis!
J’irai criant vers toi
Ces verres que j’ai bu
Débitant les palabres,
Préambules à nos nuits.

Odieux cet hallali,
Avant que le cor ne s’arrête,
la bête est aux aboies
Et je sors et je guette
La fin de ce trépas.

J’ai gardé dans mon corps
Les traces du sans-toi
Et j’espère et implore
L’après du tout-pour-toi.





De la Part de Fabien ; le premier à enrichir ce blog...
Merci à lui !
PlaisirDcrire

ÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

25
MAI 2012

Comment commencer ?
par PlaisirDcrire


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF


Voila...


  Votre premier texte ICI sera :


* celui que vous n’oublierez pas,
* celui que vous aurez difficulté à selectionner,
* celui que vous voudrez voir rapidement effacer...

Mais il vous faut d’abord le poser ici, ami(e) poète !

Pour cela, sur l’air de Peau d’âne, voici comment procéder

Tout d’abord, choisissez un poème,

Ajoutez y une poin-te de creme,

Puis avec la souris bien en main,

Ouvrez donc, votre carnet mondain,

Et partant de la messagerie

Il vous faudra, (pardon si j’en ris),

D’un geste assuré, (vous le pourrez)...

M’adresser le text’ à insérer !

La manoeuvr-e n’est pas si maligne

Le plus long res-te la mise en ligne...

Votre bien dévoué,

PlaisirDcrire

LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De PlaisirDcrire le 26/05/2012
Si vous passez par ici, c'est que vous avez cliqué sur "Ecrire un commentaire"

25
MAI 2012

Premier Pas...
par PlaisirDcrire


ÉCRIRE UN COMMENTAIREPDF

#1076498 par elmari sur sxc.hu

"Amour est un beau langage, me faut l’apprendre ....

On dit que j’en pleurerai ; je l’apprendrai ! "

Gilles Vigneault (Amour est un beau langage)


Ami(e)s ... poètes, fabulistes, moralistes, clowns, slameurs, éveillés... et eveilleurs !

Venez partager vos textes : ce Blog est là pour vous.

Votre bien dévoué,

PlaisirDcrire

LES AVISÉCRIRE UN COMMENTAIREHAUT^

De PlaisirDcrire le 25/06/2012
transfere dans les articles !

De Fabien le 25/06/2012
Poéme (en hommage à Louise Labbé ainsi qu'au bon Hip Hop)

Hip hop métaphysique
J'enroule mes doigts
Sous ta carapace opulente
Comme Louise Labbé
J'ai tantôt chaud tantôt froid
J'suis pas mytho

Bucolique, alcoolique, mélancolique
Je donne tel que je reçois,
J'entre si ça te tente?
Comme Louise Labbé,
Qui a tantôt chaud, tantôt froid.
Cette fois j'm'y prends plus tôt,

Y'a pas d'hic!
Il s'agit d'moi!
D'émoi, à moins qu'elle ne mente
Comme Louise Labbé,
J'ai tantôt chaud, tantôt froid.
Je reste dans l'flow

Maso ou sadique,
Sans foi ni loi
Saine ou démente
Comme Louise Labbé,
J'ai tantôt chaud, tantôt froid.
Je monte le son plus haut!

Maisons en brique
Que j'aperçois
Alors que je dévale la pente
Comme Louise Labbé,
J'ai tantôt chaud, tantôt froid.
Gloire à ce qu'il y a d'plus beau.

J'm'la raconte pas sympathique
J'suis tel que j't'apparais la
Ayant choisi la voie lente
Comme Louise Labbé,
Qui a tantôt chaud, tantôt froid,
Depuis l'enfer, j'salue l'escargot.

De Fabien le 21/06/2012
Je t'aime

Au coeur de ma vie, coule tout doux ton amour
Vital et vrai, il est le but de la vie.

Au coeur de mon action,
Est la pensée de nous,
Au-dessus de ma propre importance,
Vaine et illlusoire.

Au coeur du coeur de la vie,
Qui coule doux comme un ruisseau joli
Est l'attention que je te porte,
L'intention que j'y mets,
Et le feu de notre passion.

Au cours du jour,
Et de la nuit
Au fil du temps,
Selon l'Envie,
Je m'investis dans notre relation,
Comme la perle des perles de l'existence,
Comme le début et la fin de tout,

Ce qui compte vraiment pour moi,
Mon coeur, mon amour, ma vie.

De PlaisirDcrire le 30/05/2012
Merci Fabien_

Texte transféré parmi les "articles"

De Fabien le 30/05/2012
Aux vautours les hallalis!
J'irai criant vers toi
Ces verres que j'ai bu
Débitant les palabres,
Préambules à nos nuits.

Odieux cet hallali,
Avant que le cor ne s'arrête,
la bête est aux aboies
Et je sors et je guette
La fin de ce trépas.

J'ai gardé dans mon corps
Les traces du sans-toi
Et j'espére et implore
L'aprés du tout-pour-toi.


De le 25/05/2012
cela va s'améliorer....

De Eric le 25/05/2012
C'est bien vrai !

DÉBUTPAGES PRÉCÉDENTES112113114115116117118119
Publiez votre commentaire

  non publiée